Mesdames Marie, Eugénie SPENCER (née DEMOUGEOT) et Eugénie, Elise, LURETTE

Deux rescapées du Titanic.

Canot de sauvetage pris en photo par un passager du Carpathia le 15 avril 1912

Canot de sauvetage pris en photo par un passager du Carpathia le 15 avril 1912

Parmi tous nos passagers originaires de l’Est de la France, ces dames sont les seules à avoir survécu au naufrage du Titanic, le 15 avril 1912.

Madame Marie, Eugénie SPENCER (née DEMOUGEORT) est née le 16 février 1864 à MUSSEY. Elle embarque à bord du Titanic à Cherbourg, en première classe, avec sa femme de chambre, Elise LURETTE, et son époux, William Augustus SPENCER (de nationalité américaine). Ce dernier, alors âgé de 57 ans, n’a pas survécu au naufrage et son corps ne fut jamais retrouvé. Une plaque en sa mémoire se trouve au cimetière de GREEN WOOD (Brooklyn) à New-York. Nous n’avons que peu d’informations sur Madame SPENCER, si ce n’est qu’elle a pris place dans le canot n°6, avec sa femme de chambre.

Elle décède le 26 octobre 1913 à Paris. Le 29 octobre 1913, le New-York publie dans son journal une note obituaire en sa mémoire : « Mrs.Marie E. SPENCER died in Paris on Sunday, according to word received here yesterday. She was the widow of William Augustus SPENCER, a well-known collector of rare editions. Her husband, who was an uncle of Lorillard SPENCER (Jr.), lost his life when the Titanic sank in mid-ocean”.

 

Nous trouvons bien plus d’informations sur Madame Elise LURETTE, la femme de chambre de Madame SPENCER. Elise LURETTE est née le 16 novembre 1852 à HERMONVILLE. Elle entre au service d’une riche famille américaine, les SPENCER. A la mort de Madame SPENCER-Mère, elle se retire à Paris. Mais en mars 1912, William, le fils, lui demande de l’accompagner lui et son épouse, pendant la traversée du Titanic jusqu’à New-York. Ce qu’elle accepte. William et Marie SPENCER lui paie en chambre en première classe. Elise LURETTE enverra une carte à son neveu, André ROULLET, qui témoigne de la somptuosité de ce paquebot : « Bons baisers à tous, splendide, luxe éblouissant, enchantée du confort inconnu jusqu’à ce jour. Tante affectionnée. Élise Lurette».

Elise Lurette. Photo copiée sur le site: http://aftitanic.free.fr/titanic/passagers/lurette_e_2.jpg D'autres photos sont également disponible sur ce site.

Elise Lurette. Photo copiée sur le site: http://aftitanic.free.fr/titanic/passagers/lurette_e_2.jpg
D’autres photos sont également disponible sur ce site.

Le 14 avril 1912, un steward frappe à la porte de sa cabine, lui recommandant de mettre son gilet de sauvetage. Elise Lurette enfile alors une veste par-dessus sa chemise de nuit et se rend sur le pont en compagnie de Madame SPENCER. Dans sa poche, on trouve le plan des premières classes, ainsi que le menu du 12 avril 1912. Elle monte alors à bord du canot n°6 avec Madame SPENCER. A bord du Carpathia, Elise LURETTE envoie un télégramme « Mrs SPENCER aboard Carpathia. No information regarding Mr SPENCER. Elise ». Tandis que Madame SPENCER regagne son domicile new-yorkais, Elise LURETTE retourne à Halifax pour tenter d’identifier le corps de Monsieur SPENCER. En vain.

Elise LURETTE décède le 31 janvier 1940 à Fontenay-aux-roses, où elle fut inhumée. La concession n’ayant pas été renouvelée, elle fut reprise par la ville.

 

Sources:

Association Française du Titanic :

www.aftitanic.free.fr

Articles de journaux:

« Elise Lurette, 59 ans, Dame de Compagnie » in L’union l’ardennais, édition du 8 avril 2012.

« Portrait d’Elise Lurette, mémoires d’une rescapée du Titanic, in L’union l’ardennais, édition du 22 janvier 2012

« Elise LURETTE, rescapée du Titanic » par la Ville de Fontenay-aux-Roses. PDF disponible sur internet. Particulièrement intéressant en ce qui concerne les photos des documents d’Etat-Civil. http://www.fontenay-aux-roses.fr/decouvrir-la-ville/histoire-et-patrimoine/

Ouvrages de références

Voir la bibliographie de l’article d’introduction sur la chronique du Titanic

Et plus particulièrement :

CODET François, MENDEZ Olivier, DUFIEF Alain, GAVARD-PERRET Franck, Les Français du Titanic, Marines Editions, 2010.

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.