Accueil Forums Vos loisirs et vos sorties Loisirs et histoire Modélisme et maquettes

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Le Jojal, il y a 4 ans et 8 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Articles
  • #377

    Le Jojal
    Membre

    Je vais vous présenter ce que recouvrent le modélisme et la maquette. Le modélisme consiste à fabriquer des modèles réduits. Ceux-ci peuvent être motorisés ou statiques. En tant qu’amateur de maquette statique, je vais me contenter que de quelques mots sur le modélisme motorisé. Dans cette branche, l’intérêt principal est de faire mouvoir le modèle réduit à l’aide d’un moteur. On retrouve dans cette catégorie les avions, les hélicoptères, les bateaux, les chars et les voitures télécommandés. Dans le cas des avions, peuvent être utilisé des moteurs à hélice à essence et même des petits réacteurs. Y figure aussi le train électrique mais qui pour sa part fait aussi appel à la maquette statique pour la fabrication des décors.

    Le modélisme statique consiste à construire une maquette qui ne bouge pas, c’est-à-dire la représentation d’une chose en trois dimensions à l’aide de matériaux. C’est un loisir qui a connu son âge d’or dans les années 60, 70, et 80. Depuis la population d’adhérents à ce loisir est vieillissante et en baisse constante. Mais malgré ce facteur le loisir de la maquette n’a jamais été aussi perfectionné que de nos jours, il reste répandu à une échelle mondiale et n’a pas dissuadé les chinois d’inonder le marché leurs boites de maquettes. Il est possible de représenter des choses très variées. Ce peut être un bâtiment, un véhicule ou encore un personnage. Je dirais qu’il est possible de distinguer 5 catégories : les aéronefs (avions et hélicoptères), les véhicules automobiles (voitures, motos, camions), les bateaux (paquebots, voiliers, porte-avions, sous-marins, …) les véhicules militaires (chars, camions, …) et les figurines. Dans les 4 premières catégories le matériau le plus utilisé est le plastique. Les maquettes avant assemblage se présentent le plus souvent sous forme de grappes comportant les différentes pièces à assembler en suivant un plan de montage. Pour les figurines, l’assemblage de pièces reste limité et cela exige surtout une peinture très élaborée. Les maquettes sont le plus souvent des représentations à une échelle réduite.

    Etant donné que je ne fait que de la maquette avion militaire, je vais poursuivre cette présentation en me concentrant sur cette branche du maquettisme.

    La variété d’avions représenté

    Il est possible de représenter des avions de toute époque en maquette. Cela va des premiers biplans de la 1ère guerre mondiale, voir même d’avant, aux jets à réaction hightech des jours actuels. Ce peut être aussi bien des avions civils que militaires, mais la catégorie des avions militaires est plus développée que celle des avions civils.

    Les différentes échelles

    En matière de maquette avion, il y a 3 échelles principales : le 1/72è, le 1/48è et le 1/32è. Il existe aussi des maquettes à d’autres échelles tel que le 1/144è et le 1/24è mais elles sont moins répandues.

    Le 1/72è regroupe le plus de modèles possibles, que les avions soient à hélice ou à réaction. Cette échelle permet d’avoir un large choix tout en prenant un minimum de place. Mais je trouve qu’à cette échelle les maquettes ont parfois encore une allure de jouet et ne sont pas des plus simples à travailler en raison de leur taille.

    Le 1/48è est mon échelle de prédilection. Il existe un large choix de modèles et elle offre à mon goût un bon compromis entre taille et niveau de détails.

    Le 1/32è est l’échelle qui impose un niveau de détail très poussé. A défaut la maquette paraitra vide, celle-ci étant rarement assez détaillée de base. Le choix de maquette est moins large et exige beaucoup de travail pour arriver à un niveau de détail satisfaisant.

    Les étapes de construction d’une maquette

    Une maquette d’avion se présente au début sous la forme de plusieurs grappes auxquelles sont attachées les différentes pièces. Lors des différentes étapes d’assemblage il faudra dégrapper les pièces à assembler tout en gardant à l’esprit qu’après une phase assemblage viendra une phase de peinture qui devra précéder le phase d’assemblage suivante.

    L’état d’une maquette avant le début du montage (maquette d’un D4Y1 Susei) :

    D4Y1 grappe_2

    D4Y1 grappe_1

    La première étape consiste à construire le cockpit. Il faut assembler les pièces qui peuvent l’être sans être peintes puis viens une phase de peinture avec la teinte de base du cockpit. Ensuite il faudra peindre quelque détails tels que des compteurs, des câbles, des manettes ou des boutons. Il est fréquent que soit fourni une décalcomanie (décal), c’est-à-dire une sorte d’autocollant, pour représenter les instruments du tableau de bord. Une fois le travail de peinture terminé, il est possible d’agrémenter le siège avec les sangles de ceinture qui auront été soit fabriquée soi-même, soit acheté en photo-découpe. On peut aussi ombrer le cockpit pour lui donner de la profondeur. Une fois toutes les pièces du cockpit assemblée on peut l’intégrer dans le fuselage ce qui amène à la mise en croix de l’avion.

    Photos d’un cockpit avant son intégration dans le fuselage :

    A6M2K int_2

    A6M2K int_1

    L’étape de mise en croix consiste à assembler le fuselage et à fixer les ailes et la dérive. Une fois que le collage a séchée il faut passer par une phase de masticage-ponçage. C’est le moment que j’aime le moins. Un avion étant très lisse pour des raisons aérodynamiques, cela impose de travailler les surfaces avec du mastique sur les jointures pour parvenir à cet aspect lisse. Si la phase de masticage-ponçage est mal réalisée, les imperfections des jointures se verrons après mise en peinture de la maquette et gâcheront son aspect final.

    Une maquette (D4Y1 Susei) après sa mise en croix, les traces blanches sont les zones qui ont été mastiquées et poncées :

    D4Y1 montage_4

    D4Y1 montage_3

    Une fois la phase de masticage-ponçage terminée, on peut passer à la mise en peinture. Il s’agit de peindre le camouflage de l’appareil. On va aussi pouvoir travailler à ce moment une partie du degrés d’usure de l’avion en utilisant des teintes éclaircies pour représenter une peinture plus ou moins délavée par le soleil. On va aussi pouvoir représenter les éraillures sur la peinture faisant apparaitre le métal.

    Après la mise en peinture, vont être appliquée les différents décals composant la décoration : marquages de nationalité, numéro de série, insigne d’unité, marquages techniques, marquages personnels, marques de victoire, …

    Lorsque la décoration est posée, il est préférable de passer du vernis mat sur les décals pour enlever leur brillance. Ensuite il est possible d’accentuer les lignes de structure et de représenter différentes salissures (traces d’échappement, traces d’huile, poussière, …) notamment à l’aide de jus de peinture à l’huile pour obtenir un rendu plus vivant de la maquette.

    Un montage terminé (D4Y1 Susei) : http://i711.photobucket.com/albums/ww120/Rogue2332/D4Y1%20Suisei/DSC06727.jpg

    La maquette étant terminé, une mise en scène à l’aide d’un décore et d’accessoires tels que des figurines, des véhicules et du matériels de piste peut être réalisée. Cela permet de représenter l’avion dans son environnement voir représenter une scène qui s’est produite, visible sur une photo. La réalisation du décore peut aussi demander une recherche historique préalable plus ou moins poussée, notamment en ce qui concerne le revêtement du terrain d’aviation, les infrastructures environnantes, la végétation, les véhicules de piste.

    Diorama ambiance Nouvelles-Guinée 1944 : http://i711.photobucket.com/albums/ww120/Rogue2332/A-20%20G%20New%20Guinea%201944/DSC04580.jpg

    Ma pratique de la maquette

    Pour ma part je me suis limité en thèmes. Je fais principalement des maquettes représentant des avions ayant participé à la guerre du Pacific, mais je monte aussi un peu d’avions à réaction plus récents. Ce doit être à cause du sable de corail, des palmiers et surtout de l’aviation embarquée sur porte-avions pour laquelle je porte un intérêt particulier.

    Dans le cadre de ce thème je cherche à représenter soit des avions caractéristiques, soit des avions qui ont eu une histoire particulière. Cette optique m’impose toujours des recherches préalables pour déterminer quelle unité était présente à tel endroit, quels types d’appareil elle a utilisés et quel aspect avait ces avions. Est-ce que je suis en mesure de réaliser tel avion dans telle livrée ? Ou alors à l’inverse, parmi les décorations que j’ai de disponibles, y en a-t-il une qui a plus d’intérêt, d’importance qu’une autre par rapport aux évènements historiques ? Tel avion a-t-il eu suffisamment d’importance sur ce théâtre d’opération pour devoir le représenter ?

    F4U-1D_14

    F14A_Nimitz_77_9

    (je voulais faire en sorte que les images s’affichent directement mais le site me dit : Il n’a pas été possible de déterminer les dimensions de l’image)

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.